Quelles sont les différentes techniques d’isolation ?

En cas de déperditions d’énergies dans une demeure, plusieurs endroits clés sont souvent impliqués. Il faut alors une inspection minutieuse pour pouvoir les détecter. Le toit est le 1er endroit à vérifier, suivi par les murs et les fenêtres. Les différentes fuites d’air, les planchers, etc. peuvent être une cause de perte d’énergie.

Les techniques d’isolation thermique
Dans 30% des cas environ, les pertes d’énergie surviennent au niveau du toit. Cela explique que ce soit le 1er endroit qui intéresse, lorsqu’il s’agit de trouver les anomalies concernant l’isolation. Outre le toit, plusieurs endroits de l’habitat sont à voir également, comme les fenêtres ou encore les ponts thermiques.

Pour régler la situation, il est important de tout vérifier en accordant une grande importance à chaque endroit. A cet effet, différentes méthodes aident à l’isolation d’une demeure selon la partie touchée.

Quelles sont les différentes techniques d'isolation ?

L’isolation des murs par l’extérieur
On pense à cette solution lorsque la façade de la demeure est amochée. L’isolation par l’extérieur est la meilleure technique qui convient pour éviter les pertes d’énergie. Grâce à cette méthode, l’intérieur de la maison est épargné contre les ponts thermiques se trouvant entre les planchers et la structure.

Pour réaliser une isolation des murs par l’extérieur, il faut d’abord faire une déclaration auprès de la mairie. Sinon, il faut au moins obtenir un permis de construire. Notons que cela pourrait s’avérer bien plus onéreux qu’une isolation par l’intérieur. Il faut savoir que l’isolant utilisé est fait avec du polystyrène expansé. On le fixe de façon mécanique ou on le colle sur le mur. Le tout est ensuite recouvert de bardage. Parfois, de l’enduit est également utilisé à cette fin.

La solution par l’intérieur
Si le problème ne vient pas de l’extérieur, alors c’est forcément de l’intérieur qu’il vient. C’est l’une des raisons pour lesquelles cette solution est la plus utilisée en la matière. Pour cela, l’extérieur de la maison n’est pas touché, et tout le travail se fait à l’intérieur, ce qui a tendance à réduire la surface habitable.

L’isolation par l’intérieur suppose ainsi une augmentation de l’épaisseur, ce qui doit prendre en compte les différentes ouvertures telles que : les prises, l’ouverture des fenêtres, et autres. On colle l’isolant au mur, ou alors, on le fixe de façon mécanique, avant de le recouvrir d’une contre-cloison. Celle-ci peut être en plâtre ou en plaque.

En procédant à la méthode de l’isolation par l’intérieur, cela apporte des avantages esthétiques non négligeables. En effet, on peut en profiter pour camoufler la tuyauterie comme les câbles électriques et les prises électriques par exemple. De même, les défauts sur les murs peuvent être dissimulés par la même occasion.

L’isolation des combles et toitures
L’air chaud s’élève de façon naturelle, et finit par s’échapper par les combles, puis par le toit. Il est alors question d’empêcher cela par une isolation de la toiture et/ou des combles, selon l’ampleur de la situation.

Pour l’isolation des combles habitables, les professionnels installent le matériau isolant sous le toit, plus précisément sous les rampants. En se servant de la couverture, on ménage alors une lame d’air. Les combles habitables peuvent aussi être isolés par l’extérieur, en posant l’isolant sur la toiture. Il s’agit d’une méthode qui peut s’appliquer aussi bien pour une rénovation globale, que sur une toiture neuve. Cela démontre un certain respect des règles de ventilation.

Pour ce qui est de l’isolation des combles perdus, il faut savoir qu’ils se trouvent juste en dessous des toitures, et ils ne sont pas habitables. De ce fait, les combles perdus ne sont pas chauffés, ce qui nécessite qu’il faille les isoler du reste de la maison. Cela se fait en installant le matériau isolant sur le plancher des combles perdus. Il est aussi possible de poser l’isolant entre les solives ou sur la charpente.

Il n’y a pas que par le toit, que l’air chaud peut s’échapper. Lorsque le sol n’est pas isolé, il peut également y avoir des pertes d’énergie à ce niveau. Pour isoler cet endroit, le matériau à utiliser dépend de sa constitution.

L’isolation des fenêtres
Aussi importante que les autres, lorsqu’une fenêtre n’est pas bien isolée, elle peut causer jusqu’à 15% des pertes d’énergie d’une demeure. Pour qu’une fenêtre soit parfaitement isolante, il faut que la menuiserie ait été réussie, mais aussi que la pose et le vitrage soient impeccables. Tout cela doit pouvoir assurer une bonne imperméabilité et étanchéité. Plusieurs matériaux sont utilisés pour une isolation de fenêtre.

Il y en a de toutes sortes selon les besoins, mais le plus coûteux parmi les matériaux utilisés reste le bois. En plus d’être traditionnel, il a la particularité de respecter le cachet de l’habitation. Par contre, le bois demande souvent un peu d’entretien et il faut le traiter de temps en temps. Pour plus de modernité, il y a le PVC, sauf qu’il est moins noble que les autres. Il s’agit d’un matériau synthétique qui a l’avantage de n’exiger aucun entretien.

Le PVC fait partie des solutions les moins coûteuses et les plus choisies sur le marché. En ce qui concerne l’aluminium, c’est le plus récent, et son prix est plus élevé que celui du bois. Par contre, il est très durable. Il y a aussi le double vitrage foto pour les fenêtres, qui est un procédé par lequel une lame d’air est retenue entre deux vitres.

Grâce à ce système, il est possible de parvenir à de plus grandes performances isolantes, qu’avec une fenêtre pourvue d’un simple vitrage. Avec le vitrage à isolation renforcée, la performance est encore meilleure. En effet, sur l’une des vitres du côté de la lame d’air, il se trouve souvent une fine couche transparente réalisée avec une base d’argent.

Pour finir, il y a le triple vitrage qui est également utilisé pour l’isolation des fenêtres. Il s’agit de l’une des plus récentes innovations dans le domaine de l’isolation. Il permet d’apporter encore plus d’amélioration en termes de performances thermique et acoustique.

Les méthodes d’isolation dépendent donc de plusieurs facteurs, selon le problème concerné.